Aujourd'hui, en me levant, j'étais contente car le soleil était revenu. Puis j'ai regardé mon téléphone... Sur Facebook je lis rapidement qu'un camion a foncé dans la foule à Nice, puis je vois que cette info est beaucoup relayée, et que ça commençait par on n'en sait pas plus puis un chiffre puis twitter qui avait mis en place le hashtag portes ouvertes, et les retweets des personnes que je suis... L'horreur. Encore une fois. Je pleure dans mon lit. 

D'abord je pleure de tristesse, pour tous ces gens morts, ces enfants, ces familles, ces personnes qui passaient un bon moment, qui avaient vu un feu d'artifice au nom de la patrie et de la fête. Ces gens qui n'ont rien demandé à personne, qui se baladait dans une jolie ville du sud, en vacances, ou pas, un jour férié, en short et tong sans doute. Innocents, sans filets... 

Et j'ai pleuré de rage ! Pourquoi ? Pourquoi il n'y avait pas de sécurité ? Pourquoi on n'a pas mis en place le plan vigipirate ? Pourquoi l'état d'urgence n'a pas été efficace ? Pourquoi on ne contrôle pas ces fous pour les empêcher de commettre le pire ? Pourquoi on ne les élimine pas tout bonnement au lieu de parlementer ? 

Vers quel monde on va ? On a déjà l'angoisse du quotidien (famille, argent, maladie, problèmes personnels...), il faut qu'on rajoute la peur du monde ? L'angoisse de mourir dans un attentat parce qu'on ne suit pas leur Islam radical, parce qu'on est de simples gens libres ?! Maintnant j'ai peur. J'ai vraiment peur. De me trouver à l'endroit et au moment où. De ne pas voir mon fils grandir dans un monde de paix, que ma famille meure quelque part dans le monde parce qu'un fou a décidé qu'il en était ainsi, que des gens libres étaient nocifs... Je n'en peux plus ! Et je sais que vous aussi ! Que peux-t-on faire face à ça ? On ne va pas pleurer à attendre que le temps passe dessus. Ça a ses limites. Va falloir agir ! Nous, petite personne du peuple que pouvons-nous faire ?! 

Aujourd'hui, j'ai passé une partie de la journée en famille. Ce sont ces moments là qui font du bien. Rire, parler de tout et de rien. Engueuler le gosse qui fait des bêtises, sourire en voyant le petit s'éclater dans la piscine à balle, chercher le doudou de l'un et apprendre à faire du vélo à l'autre. La vie. Il faut vivre. Laisser ses peurs de coté, et vivre l'instant. Apprécier le moment. Se dire que demain est un jour de gagné. 

Oui mais j'ai peur... 

Je vous embrasse très fort. Je pense aux personnes touchées en plein coeur. Je ne peux que faire ça pour eux. Je pense aux victimes. Je pense au monde entier qui voudrait être en paix. Je voudrais la paix ! Mais j'ai l'impression que cet espoir devient de plus en plus irréalisable. 

J'ai peur !